Skip to content

VARIATIONS INFIMES #1

Performance Solo de danse

Au départ, une goutte de pluie qui tombe sur le corps, et comme sur une eau calme, son impact provoque des cercles concentriques en expansion, jeux d’ondes ascendantes et descendantes.

Le corps entre en résonance avec l’eau.

La silhouette se transforme, les contours s’allongent et les contretemps ramènent la ligne à la forme initiale. Le corps s’étire, cherche ses confins, son équilibre, s’inscrit dans l’espace.

Prolongation d’un élan venu du sol, la colonne vertébrale est une colonne sans fin, ondoiement continu en quête d’une liaison terre-ciel.

 A Milagros


Durée 20 min / Tout public

Création et interprétation : Laia Autonell
Production et diffusion : Association Layeli – Cie Lamdanse

Création 2016

 

Lien vidéo « Variations infimes #1 »

 

Performance solo dansedanse contemporaine orientaleCie Lamdanse


NOTE D’INTENTION

Dans ma danse, fortement imprégnée par la danse orientale, le mouvement de la colonne vertébrale est très présent. Pour ce nouveau projet, ce mouvement prend une dimension de pulsion, de force créative et nourricière.
L’exploration de ce mouvement « premier » m’a amené à la forme et cette forme à la composition du solo de danse « Variations infimes».

Dans « Variations infimes » le mouvement circule à l’intérieur du corps et dessine des formes organiques à l’extérieur. La silhouette se transforme, les contours s’allongent et les contretemps ramènent la ligne à la forme initiale. Le corps s’étire, cherche ses confins, son équilibre, s’inscrit dans l’espace. La colonne vertébrale suit un mouvement continu et répétitif.

Dans le processus de création, je voyage constamment entre tradition et modernité, je me relie à l’héritage culturel existant, d’hier et d’aujourd’hui, pour construire une expression nouvelle et propre.
C’est ainsi que j’ai élaboré la mise en scène de « Variations infimes ».
(…)
Le son de la pluie et la musique du DJ Funki Porcini nous plongent dans une ambiance urbaine où le temps se dilate, se contracte. Une danse apparaît faite de jeux d’ondulations.
L’écriture chorégraphique se compose d’un mouvement fluide, rond, organique qui interagit et converge vers des formes verticales projetées dans l’espace.


A la fin du solo, le corps revient à la terre pour s’élever à nouveau, autrement.

Laia Autonell, mai 2016

« Variations infimes #1 » – Solo de danse – création 2016

 

 

error: © Cie Lamdanse